Accueil / Actualités / Foncier : ce que propose Zéphirin Diabré pour résorber les problèmes

Foncier : ce que propose Zéphirin Diabré pour résorber les problèmes

Zéphirin Diabré, candidat de l'Union pour le Progrès et le Changement
Zéphirin Diabré, candidat de l’Union pour le Progrès et le Changement

Création à tous les étages d’espaces de dialogue, organisation des producteurs, transparence dans les lotissements… Zéphirin Diabré dévoile la partie de son projet de société consacrée au foncier.

Le programme de Zéphirin Diabré pour le foncier se résume d’abord à instaurer des relations de confiance entre les différents acteurs notamment les agriculteurs et les éleveurs. Pour lui, la recrudescence des conflits fonciers s’explique par l’explosion démographique et l’insuffisance des ressources.

La pacification des relations passe par un certain nombre de mesures, le dialogue continu en tête. « Il est clair que nous devons avoir un dialogue national entre agriculteurs et éleveurs pour voir un peu quelle est la meilleure formule pour apaiser », préconise-t-il. Le dialogue se tiendra aussi aux niveaux provincial et régional. « Il est bon qu’il ait une instance de dialogue entre éleveurs et agriculteurs. Ça fait partie de notre tradition pour que décliner après région par région, province par province on puisse voir comment on peut faire étouffer un peu les germes de ce genre de contestation » a-t-il poursuivi.

Une fois le dialogue instauré, il entend ensuite dérouler sa batterie de mesures. Il dévoile que « Par la suite, il prévoit la mise en place d’une justice foncière locale. « Nous avons prévu au niveau du programme de la cour de justice, la création de tribunaux villageois de conciliation parce qu’il est bon que ces questions avant qu’elles ne dégénèrent fassent l’objet de concertation régulière autour d’un petit comité dans les villages pour permettre éventuellement de résoudre les différends et les tensions », a-t-il argumenté.

Organiser les producteurs pour mieux les soutenir

Sans se prononcer ni pour ni contre l’agrobusiness, le candidat de l’Union pour le Progrès et le Changement promet une aide conséquente pour développer les petits producteurs familiaux pour qu’ils modernisent leurs exploitations. « Nous on souhaite que nos agriculteurs puissent accéder aux moyens modernes de production. Pour ce faire ils doivent accéder aux crédits », déclare-t-il.

Il continue en proposant que les producteurs se mettent en coopérative pour mieux bénéficier de l’aide de l’Etat. « Nous allons encourager la mise en place volontaire de coopératives de production pour que ces coopératives puissent s’endetter et faire bénéficier un peu l’ensemble des membres des équipements qu’ils vont avoir ou alors des sociétés rurales de production agricole ».

Il promet vouloir « créer une société nationale d’équipement agricole qui va travailler en partenariat avec des firmes étrangères pour faire en sorte que beaucoup d’équipements agricole jusqu’aux tracteurs soient montées au Burkina Faso ».

Quant aux agrobusinessmen, il met en garde ceux qui ne mettent pas en valeur leurs propriétés. Il promet de les déposséder au profit l’Etat. « Ces terres ont été prises en principe pour être mises en valeur. Elles devaient être mises en valeur pour accroître la production agricole ou agropastorale. Beaucoup ne le sont pas et si elles ne le sont pas il faut qu’elles reviennent dans le domaine foncier national. On ne peut pas laisser comme ça des superficies qui sont occupées par des spéculateurs qui n’apportent rien à l’économie », affirme-t-il.

Pour un système transparent pour les lotissements

S’il est élu Président du Faso, Zéphirin Diabré promet un changement dans la conduite des opérations de lotissements. Il veut en finir avec les dérives du passé. Il entend mettre la transparence au cœur de toutes les opérations. « Il y a des zones où les gens veulent qu’on lotisse au profit des résidents, mais non pas au profit de ceux-là qui n’ont jamais résidés et qui viennent accaparer leurs terrains. Il faut qu’on le fasse de manière transparente, qu’on ne soit pas obligés d’acheter en sous mains les terrains auprès du maire ou du conseiller municipal ».

A propos maiga

Voir aussi

Commune de Cassou : les instances locales de gestion foncière renforcent leur compétence

Dans le cadre du renforcement de capacités des structures villageoises chargées de la gestion du ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *