Accueil / Actualités / Foncier : ce que propose Tahirou Barry pour résorber les problèmes

Foncier : ce que propose Tahirou Barry pour résorber les problèmes

Tahirou Barry, candidat du Parti pour la Renaissance Nationale à l'élection présidentielle du 29 novembre 2015
Tahirou Barry, candidat du Parti pour la Renaissance Nationale à l’élection présidentielle du 29 novembre 2015

Politique spécial d’octroi de titres fonciers, remise en question de l’agrobusiness, transparence dans les lotissements… C’est par ces mesures que Tahirou Barry entend résoudre les problèmes fonciers.

Le candidat du Parti pour la Renaissance Nationale (PAREN) tranche radicalement avec les autres candidats à l’élection présidentielle. C’est le seul qui revendique que « la gestion foncière tient une place centrale dans le projet politique » de son parti.

Cette position découle de l’observation qu’il a faite de la recrudescence des conflits fonciers au Burkina. Il dit en recenser « chaque année de près 600 ». Pour Tahirou Barry, ces conflits trouvent racines dans l’explosion démographique, l’insuffisance des aménagements et le manque de dialogue.

Pour résorber les conflits fonciers le PAREN compte multiplier les aménagements agricole et pastorale. Il entend aussi « faire en sorte que la question foncière soit sécurisée. Ça veut dire qu’on doit entreprendre une politique spéciale d’octroi des titres fonciers à tous ceux qui sont détenteurs des terres rurales. Cela va éviter un certain nombre de conflits liés à la réclamation de ces terres parce que quand il n’y a pas de preuve de la propriété facilement on tombe dans les conflits ».

Son projet de société prévoit également l’élaboration d’une charte qui va fixer les conditions de cession des droits fonciers. « Je pense que l’élaboration de cette charte doit réunir tous les acteurs du monde rural. Il doit réunir tous les acteurs de l’administration afin qu’un véritable consensus se dégage sur la gestion de cette question qui est assez fondamentale » affirme-t-il.

L’exploitation familiale plutôt que l’agrobusiness

Si le PAREN fait du foncier la question centrale de sa politique, c’est pour faciliter la production agricole. Tahirou Barry affirme qu’ « on ne peut pas parler de gestion foncière sans parler des activités du monde rural de l’agriculture et de l’élevage. Et pourtant dans le train de développement que le PAREN a proposé l’agriculture et l’élevage font partie de la locomotive de développement ».

Dans cette « locomotive », il n’y a visiblement pas de place pour l’agrobusiness. Tahirou Barry semble ne pas vouloir en entendre parler. Pour lui, « la question de l’agrobusiness c’est une plaie dans notre processus de développement. On ne peut pas concevoir que des centaines et des centaines d’hectares soient enlevées de la portée des pauvres paysans pour les donner à des soi-disant agrobusiness man surtout quand on sait que le paysan n’a pour seul outil de survie que sa terre. Cela pose un problème de justice et d’équité ».

A l’agrobusiness, le candidat soutenu par Laurent Bado lui préfère l’exploitation familiale. Il promet d’apporter l’appui de l’Etat aux petites exploitations familiales pour les rendre plus performantes. « Nous allons travailler également à la formation de ses acteurs. De façon concrète nous attendons mettre à leur disposition un technicien de l’agriculture qui va les conseiller, qui va les outiller qui va les orienter afin d’accroître leurs rendements. Nous attendons également les accompagner avec le matériel agricole, tracteurs, motopompes, et ça l’Etat va s’engager à le faire parce que sans modernisation des moyens de culture sans modernisation ou motorisation des moyens agricoles, la politique en la matière va connaitre beaucoup de difficultés », explique le candidat Barry.

Rendre transparent les lotissements

Tahirou Barry, l’un des candidats les plus jeunes, n’est pas du tout tendre avec la gestion des lotissements. « La question du lotissement a préoccupé l’ensemble des burkinabè. Une véritable mafia s’est développée autour de cette question. Il y a eu des audits qui ont réalisés, mais aucun acte fort n’a été posé pour réglementer de façon définitive et de façon efficace la question du lotissement », constate-t-il.

La politique du PAREN dans ce domaine consistera à faire des audits et à sévir. « Tous ceux qui seront épinglés dans ses audits seront sanctionnés à la hauteur de leur forfait. Nous serons sans pitié », prévient-il. Mais la solution définitive passe par l’informatisation du processus d’attribution.

Le PAREN s’engage à « travailler à l’informatisation de la gestion parcelles. C’est parce qu’il y a une véritable opacité dans la gestion de ces parcelles que certains se retrouvent avec 10, 30, 50 parcelles. Cela est assez préoccupant ce qui suppose qu’il y ait une volonté en matière d’informatisation. Cela fera partie de nos priorités ».

A propos maiga

Voir aussi

Commune de Cassou : les instances locales de gestion foncière renforcent leur compétence

Dans le cadre du renforcement de capacités des structures villageoises chargées de la gestion du ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *