Accueil / Actualités / Accès sécurisé des femmes à la terre à Tiarako : Le GRAF et TMG/Research notent une avancée

Accès sécurisé des femmes à la terre à Tiarako : Le GRAF et TMG/Research notent une avancée

Capture d’écran 2018-08-03 à 06.00.30 copieLe Groupe de recherche et d’action sur le foncier (GRAF) et TMG Research Think Tank for Sustainability GMBH de Berlin (anciennement dans IASS) ont organisé le Lundi 12 Mars 2018 à Bobo un atelier bilan sur une Recherche Action Participative (RAP) pour l’accès sécurisé des femmes à la terre conduite à Tiarako dans la commune de Satiri.

Démarrée en octobre 2017, la recherche action participative s’inscrit dans un programme de Recherche accompagnante du « Projet Protection et Réhabilitation des Sols pour améliorer la sécurité alimentaire » (PROSOL) mis en œuvre par la GIZ dans les provinces du Houet et du Tuy.

Une série d’études et d’ateliers multi-acteurs conduits dans la zone d’intervention du PROSOL ont montré que l’absence d’un accès sécurisé à la terre constitue un des principaux facteurs de faible adoption des technologies GDT (Gestion Durable des Terres) par les groupes défavorisés. Malheureusement, toutes les conditions institutionnelles d’application de la loi 034-2009 portant régime foncier rural au Burkina Faso n’existent pas encore dans toutes les communes et villages d’intervention du PROSOL. La RAF avait donc pour objectif de trouver des alternatives innovantes pour un accès sécurisé des femmes à la terre par une démarche fondée sur la légitimation populaire des cessions de terres aux femmes tout en restant dans le cadre de la législation foncière en vigueur.

Le processus, porté par les acteurs villageois (autorité coutumière, les propriétaires terriens, les comités villageois de développement, etc.) et communaux (le conseil municipal) avec l’appui des services techniques déconcentrés a permis à 229 femmes de bénéficier, individuellement ou collectivement de cessions. Les cessions dans la majorité des cas sont définitives à condition toutefois que la femme reste dans le foyer conjugal.

Lire la suite : http://lefaso.net/spip.php?article82425

A propos maiga

Voir aussi

FEMMES ET FONCIER RURAL : une révolution en marche au Burkina Faso

Il y a des habitudes qui ne changent pas. A Niessan, dans le centre-ouest du ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *